La chance, vous y croyez ? Moi j’y croyais avant de découvrir le développement personnel et ses formidables outils. Depuis, j’ai compris que nous sommes totalement responsables de notre chance. Cela peut sembler difficile à croire surtout si on a baigné dans un environnement familial peu propice à la chance, c’est-à-dire un milieu où on attend de la chance qu’elle fasse son travail, toute seule, un contexte où on considère que certain.e.s ont de la chance et d’autres non.

Cependant, nous disposons bien des moyens d’activer notre fortune parce que la chance, c’est d’une part un état d’esprit, et d’autre part une façon d’optimiser son environnement.

1/ L’état d’esprit des chanceux.ses

Un état d’esprit positif constitue un préalable indispensable pour qui veut avoir de la chance. Avoir de la chance, c’est avant tout considérer qu’on en a ! Pour en arriver là quand on part de très loin, il convient de célébrer toutes les micro-réussites qui jalonnent votre journée. Vous avez trouvé une place du premier coup sur ce parking, vous êtes tombé.e sur le dernier polar de votre auteur préféré à la bibliothèque, votre collègue vous a confié.e le dossier « Dupont » avec 2 jours d’avance. Repérez ces petits événements favorables et accordez-leur toute leur place dans votre tête ! Sur le principe des 3 kiffs par jour de Florence Servant Schreiber, remémorez-les-vous le soir, avant de vous endormir, pour ancrer ce positif dans votre cerveau.

En parallèle, cessez de penser que vous faites preuve de malchance et arrêtez de vous appesantir sur votre sort pour des événements qui relèvent de la normalité. L’exemple typique est la queue à la caisse d’un magasin. Le destin ne s’acharne pas sur vous si la caisse à laquelle vous attendez est bloquée. Ça arrive à tout le monde, à un moment ou à un autre ! N’y prêtez pas attention et focalisez-vous pendant ce temps sur des instants positifs de votre journée.

Enfin, bannissez de votre vocabulaire les expressions du type « Je n’ai pas de chance », pire encore, « Je n’ai jamais de chance », « C’est forcément à moi que ça arrive ! », « comme par hasard, ça me tombe dessus » et tous ses corollaires qui portent sur les autres : « Il a de la chance ! », « Quel chanceux.se celui.celle-ci ! »… Pour plus de détails sur les conséquences de l’utilisation de ces phrases, je vous renvoie à ma vidéo « Pour votre bonheur, ne dites plus… »

En plus d'avoir un mindset de gagnant.e, les chanceux.ses savent utiliser l'environnement à leur avantage. Comment s'y prennent ils.elles ?

2/ Comment les chanceux.ses optimisent leur environnement ?

La chance se situe dans l’action ! Comparons deux personnes au profil similaire vivant dans le même immeuble qui souhaitent changer de logement. Celle qui emménage dans un nouvel appartement bien situé et pas cher n’est pas plus chanceuse, elle a simplement fait toutes les démarches nécessaires au changement. Celui qui a obtenu le poste dont il rêvait dans l’entreprise qu’il souhaitait a consulté les annonces, écrit lettre de motivation et cv, préparé son entretien de recrutement, etc…

Les chanceux.ses définissent un objectif clair et construisent le plan d’actions qui va avec.

Ils.elles possèdent un petit plus qui fait la différence : l’audace ! Ils.elles osent aller vers l’inconnu et ils.elles n’ont pas peur de se lancer des défis. Alors vous-aussi, osez demander un rendez-vous à un employeur pour présenter votre candidature ? Oui, il est tout à faire possible que vous essuyiez un refus mais, est-ce si grave que cela ?

Activer sa chance c’est également composer avec l’échec. Ça n’est jamais agréable mais il est préférable de le prendre comme faisant partie de la vie et mieux encore, comme une façon de réorienter ses actions de manière plus pertinente.

Enfin, s’entourer des bonnes personnes facilitera grandement votre quête. Si vous côtoyez des ami.e.s qui ne cessent de se plaindre de leur sort sans réagir, vous ne pourrez qu’être contaminé.e par leur négativité et leur passivité. Si, au contraire, vous fréquentez un réseau d’individus passionnés, positifs et qui entreprennent, vous baignerez dans cet environnement favorable. Pour vous constituer un nouveau cercle de connaissances positives et bienveillantes, il vous faudra certainement faire le premier pas et inviter à boire un verre ce collègue à qui la chance semble sourire. Essayez de savoir comment il s’y prend car, vous le savez maintenant, la chance, ça s’active !

Ne vous découragez pas ! Activer sa chance peut être un processus de long terme si vous n’avez pas été habitué.e à fonctionner de la sorte. Cependant, chaque pas est une petite victoire alors lancez-vous !

Retrouvez cet article en vidéo sur ma chaîne YouTube :

 


Leave a Reply

Your email address will not be published.