S’il y a bien quelque chose qui a changé ma vie de maman, c’est le développement personnel.

J’ai en effet pu constater ces deux dernières années à me nourrir de lectures, d’ateliers et d’accompagnements sur le développement personnel et la parentalité positive combien la relation avec mon enfant en profitait.

Je ne prétends pas être une maman meilleure que les autres mais, c’est certain, une meilleure maman grâce à ce travail sur moi.

Ainsi, en cette semaine de la fête des mères, je voudrais partager cette expérience et vous donner envie de le faire entrer dans votre quotidien de maman.

Le développement personnel, qu’est-ce que c’est, et à quoi ça sert ?

Le développement personnel est un travail sur soi qui permet de mieux se connaître et de développer ses aptitudes dans le but de vivre en harmonie avec soi-même et avec les autres.

Pourquoi et en quoi le développement personnel peut changer votre vie de maman ?

La maternité constitue un grand bouleversement non seulement physiologique mais également psychologique dans la vie d’une femme. Elle remet énormément de choses en question, change notre rapport à nous-même et aux autres. Le développement personnel va nous fournir des outils pour trouver un nouvel équilibre et construire une relation apaisée et bienveillante avec nous-même, notre enfant et avec le monde en général. Grâce au développement personnel, je deviens (c’est un travail de tous les jours bien entendu 😊) :

1/ Une maman pleinement présente

En tant qu’adultes, nous avons tendance à accomplir les tâches quotidiennes, la tête dans le passé et dans le futur. Ainsi, nous préparons le repas du soir en repensant à la réunion de ce matin tout en réfléchissant aux courses à faire ce week-end. Or, la relation avec notre enfant peut en souffrir dans la mesure où lui vit pleinement le moment présent. Il va en effet ressentir cette dispersion intérieure qui peut être la nôtre si on joue par exemple aux Playmobils tout en se demandant quels vêtements porter le lendemain.

Le développement personnel est particulièrement intéressant dans ce cas précis car il nous permet d’une part de prendre conscience de ce mécanisme de pensée et il nous enseigne d’autre part comment « vivre l’instant présent ». A travers des exercices de pleine conscience qui consistent à porter une attention pleine et entière sur ce que l’on est en train de faire : respirer, écouter, manger, éplucher un légume, se brosser les dents, on apprend à cueillir le moment.

Dans nos quotidiens surchargés où les temps de qualité passés avec son enfant sont rares, il est précieux de savoir lui offrir toute son attention. 20 minutes de jeu ou de lecture en conscience valent largement 1 heure d’activité avec la moitié de notre cerveau en transit dans d’autres réalités.

2/ Une maman zen

Être performante au travail, assumer les tâches quotidiennes tout en restant une femme épanouie et une mère investie, avec une telle pression, il est parfois difficile de rester zen.

Or, le stress a des effets très néfastes sur la relation avec son enfant. Le stress, c’est moins de disponibilité pour l’écouter, moins de patience alors qu’il a besoin de temps dans les petits gestes de la vie, c’est également plus de fatigue et moins d’envie de jouer, de rire.

Avec les outils du développement personnel et notamment avec l’un des plus connus qu’est la méditation, on apprend à canaliser et à évacuer son stress. J’aime l’idée de montrer l’image d’une maman calme et détendue, qui gère avec self-control les situations plutôt que celle d’une maman qui court partout et s’énerve pour un rien.

3/ Une maman qui connaît ses limites

Faire du développement personnel, c’est prendre du recul sur soi et apprendre à s’observer dans toutes les singularités qui sont les siennes. Avec le temps, ce cheminement intérieur permet de mieux se connaître et de savoir notamment quels sont ses points forts, ses défauts et ses limites.

Or, en devenant maman, nos points faibles sont particulièrement mis à l’épreuve et nos limites rapidement franchies. Par exemple, si on est particulièrement impatiente, on peut s’agacer rapidement dans les situations où notre enfant tarde à manger ou à s’habiller. Si on ignore ce trait de caractère, on va avoir des réactions inappropriées comme s’énerver et crier, puis culpabiliser sans régler le problème.

Toutefois, si on a conscience de cette impatience, on prend plus facilement sur soi et on surpasse la difficulté. Dans la situation où notre enfant met 10 minutes à enfiler ses chaussures et qu’il veut absolument le faire seul alors qu’il les met à l’envers, on respire et se disant qu’on va travailler sur son impatience parce que c’est bon pour la relation avec son enfant. On va aussi pouvoir, grâce au développement personnel, dépasser ce problème parce que le développement personnel nous enseigne que rien n’est immuable et qu’il est possible de modifier son comportement avec un travail sur soi.

4/ Une maman qui fait des choix éducatifs en toute connaissance de cause

Parmi les éléments de connaissance de soi-même, il y a cette part de notre identité construite par l’éducation que l’on a reçue. Comprendre comment notre éducation façonne notre comportement d’aujourd’hui est fondamental pour savoir ce que l’on souhaite transmettre à notre enfant et ce que l’on souhaite mettre de côté. Je vais donner deux exemples qui sont très développés dans les ouvrages de parentalité positive.

Le premier porte sur le jugement. Si vos parents ont toujours émis un jugement sur le travail que vous fournissiez, les actes que vous accomplissiez, vous avez été modelé à attendre un retour, positif ou négatif quand vous agissez. Dans votre vie d’adulte, il est possible que vous ayez particulièrement besoin de reconnaissance dans votre travail et que vous soyez sensible à l’avis des autres.

Le second porte sur la confiance en soi. Imaginons, alors que vous n’êtes qu’un tout jeune enfant, que vous décidiez de descendre seul l’escalier pour la première fois. Vos parents stoppent net votre initiative par un « Attention, tu vas tomber ! ». De même, vous vous apprêtez à prendre une tasse sur la table pour aider vos parents à la débarrasser et vous entendez un « repose-là, tu vas la casser ». Si vous avez été bridé.e ainsi les 20 premières années de votre vie, il en restera forcément des stigmates et vous aurez tendance à ne pas prendre d’initiatives conformément à ce modèle issu de l’enfance.

Grâce au développement personnel, vous allez mieux connaître ces héritages de votre éducation et choisir de vous en affranchir ou de les conserver. Vous aurez l’esprit tranquille quant aux choix éducatifs que vous faites. Ils seront assumés car délibérés.

5/ Une maman positive

Le développement personnel consacre en effet la part belle à la psychologie positive. Il permet de mettre à découvert les schémas mentaux qui nous poussent vers le bas. Il en est ainsi lorsqu’on s’écrie « quel journée pourrie » parce qu’il pleut ou « je n’ai pas de chance, c’est toujours à moi que ça arrive » quand la caisse du supermarché que l’on avait choisie se trouve bloquée.

Or, ces pensées ou réflexions bien qu’anodines en apparence ont malheureusement un réel impact sur notre vie et celle de notre enfant. Des parents qui ont tendance à se plaindre des moindres aléas de leur journée et qui soulignent la plus petite difficulté rongent progressivement la joie de vivre et le bel optimisme de leur enfant.

Grâce à tous les outils de psychologie et de pensée positive, il est possible faire évoluer ces mécanismes de pensée qui nous nuisent en faveur de modes de réflexions constructifs qui mettent l’accent sur les petits succès et les petits bonheurs de l’existence. C’est un précieux cadeau à faire à notre enfant. Pour passer à la pratique, lisez mon article "3 techniques de pros pour voir la vie en rose".

En conclusion, avec le développement personnel, je me rapproche tous les jours un peu plus de la maman que j’ai envie d’être. Plus détendue, plus patiente, je suis aussi plus sereine quant à mes choix éducatifs et j'arrive davantage à appliquer les principes de la parentalité positive. En apprenant à être pleinement présente et à partager de vrais moments de qualité avec ma fille, je suis également moins encline à culpabiliser quand je suis absente pour mon propre équilibre.

Vous pouvez retrouver cet article en vidéo sur ma chaîne Youtube :

N’hésitez-pas à laisser vos commentaires ci-dessous. Je vous en remercie.


Leave a Reply

Your email address will not be published.