Depuis cette rentrée 2018, j’ai décidé de faire entrer la créativité dans ma vie. C’est à mon sens une excellente façon de développer de nouvelles compétences et de stimuler la partie droite de mon cerveau, porte d’entrée vers l’intuition que nous avons tendance à étouffer dans nos vies souvent un peu trop rationnelles. De plus, c’est une excellente façon de s’évader et de décompresser après une journée chargée.

En plus de mes soirées créatives du lundi (voir mes résolutions de cette rentrée), je me lance des petits défis créatifs. Je ne vise pas la performance, juste le plaisir de tenter de nouvelles expériences, de lâcher prise et de profiter du résultat.

Depuis mes expériences de forest bathing et leurs nombreux bienfaits, j’avais très envie de tester le Land Art.

1/Le Land Art, une expérience créative en pleine nature

Le Land Art est une tendance artistique qui consiste à utiliser les matériaux de la nature pour créer une œuvre éphémère.

Pour mon premier Land Art, je pars dans ma forêt préférée au cœur du massif des Vosges. Alors que je chemine sur le sentier que j’emprunte habituellement, j’aperçois sur ma gauche un chemin récent créé par l’exploitation forestière. Il doit dater de quelques mois déjà car de hautes fleurs colorées ont eu le temps de lui faire honneur. Je me glisse à travers les tiges pour m’enfoncer dans la forêt.

Là, au milieu du sous-bois d’épicéas se dresse un majestueux châtaignier. Le sol est jonché de longs chatons d’un beau jaune paille qui m’attirent immédiatement. Je saurai plus tard qu’il s’agit des fleurs mâles de l’arbre. Il reste quelques bogues et plusieurs belles feuilles dentelées de la saison dernière. Je pose mon sac à dos et je commence à rassembler plusieurs chatons dans ma main. Puis, je les pose au hasard sur le sol. Je recherche d’autres éléments pour faire varier les couleurs. En y prêtant attention, je découvre que les feuilles, les écorces tombées au sol, les mousses présentent différentes teintes de vert et de marron. Je compose mon Land Art au gré de mon inspiration.

Je suis plutôt satisfaite de ma première création même si, objectivement, elle est toute en simplicité 😊.

 

Je suis surtout heureuse d’avoir pris le temps de vivre cette expérience et d’avoir laissé cours à ma créativité. Je me sens parfaitement calme et apaisée.

2/ Le Land Art, un beau moment de complicité

Quelques jours plus tard, alors que nous sommes partis marcher mon mari et moi, mon attention est attirée par de grands morceaux d’écorces sur le bord du chemin. Alors qu’il n’était nullement prévu de faire du Land Art, je m’empare d’un morceau et le positionne sur le sol pour en faire un bonhomme. Je suis en train de lui ajouter deux fins bouts de bois en guise de jambes quand mon mari (que je n’aurais jamais imaginé faire du Land Art 😊) arrive avec une petite branche de sapin qu’il décrit comme étant les bois d’un cerf. Nous déplaçons les écorces et recherchons d’autres éléments pour que le bonhomme devienne un cerf. Nous photographions notre belle œuvre d’art sous son meilleur angle.

Ce petit jeu n’a duré qu’une dizaine de minutes et nous reprenons notre route comme avant. Enfin, pas tout à fait comme avant, avec cette complicité en plus que ressentent celles et ceux qui viennent de partager un beau moment.

L'expérience est une véritable réussite. Je repartirai en forêt créer d'autres petites œuvres éphémères. J'ai également en tête de nouveaux défis créatifs. Le prochain, devenir photographe de nuages.


Leave a Reply

Your email address will not be published.