Il y a quelques temps, vous partiez pleine d’entrain au travail mais, depuis ces derniers mois, vous sentez bien que votre motivation en a pris un coup. Lourdeur administrative, manque de reconnaissance, routine, votre quotidien professionnel devient pesant. Pourtant, votre supérieur.e hiérarchique a été on ne peut plus clair.e. Il n’y a aucune perspective d’évolution pour le moment.

Vous pourriez entamer des recherches vers l’extérieur mais vous venez de vous installer dans cette belle maison à proximité de votre lieu de travail et la perspective de la quitter ne vous enchante guère. Alors, comment faire ?

Rassurez-vous, sans changer de poste, vous disposez des marges de manœuvre pour fabriquer votre bonheur au travail. Devenir actrice de son bonheur professionnel, c’est le principe du « job crafting », une technique qui vient des États-Unis et qui consiste à façonner soi-même son poste.

Alors si vous-aussi vous souhaitez reprendre en mains votre vie au travail, voici 8 pistes pour passer à l’action.

1/ Réhumanisez le travail

  • Développez vos contacts professionnels

A force de communiquer par mail, nos journées de travail se transforment en 8 heures non stop devant un ordinateur. Il est même possible que vous n’ayez jamais discuté avec ce collègue auquel vous envoyez 4 documents par courriel chaque semaine. Au-delà de leur côté formel, les échanges par mails engendrent souvent des incompréhensions. Des tensions peuvent naître inutilement entre deux interlocuteurs. Réintroduire des contacts humains permet non seulement de limiter ce risque mais aussi d’apporter de la chaleur humaine au travail. Ainsi, n’hésitez-pas à vous déplacer en personne pour remettre un dossier à cette collègue que vous n’avez jamais rencontrée. Cela ne changera ni votre poste ni vos missions mais contribuera à votre bien-être au travail.

Si votre poste se prête mal à ce type de contacts, pensez à vous investir dans une e-communauté thématique.

  • Développer des relations interpersonnelles

Quelques mots sur le week-end qui vient de s’écouler, quelques paroles banales sur la météo et, petit à petit, on en vient à échanger sur les soucis de santé des enfants. En partageant ces quelques confidences, notre lieu de travail baigne dans une atmosphère de confiance et on peut même se laisser surprendre par de belles amitiés professionnelles.

Chacun.e est responsable de la convivialité sur le lieu de travail. Prendre des nouvelles d’un collègue, emmener un gâteau sont autant de moyens de la cultiver.

2/ Réduisez les tâches qui vous encombrent (administratif, mails, réunions) pour concentrer vos efforts sur les tâches qui vous plaisent le plus

 Quel que soit le poste que vous occupez, vous serez forcément confrontée à des tâches qui vous déplaisent : compléter des documents administratifs, répondre à des courriels, vous rendre dans certaines réunions. Identifiez celles qui vous rebutent particulièrement et réfléchissez comment vous pourriez les diminuer ou les substituer.

Pouvez-vous remplacer certains échanges mails par des contacts téléphoniques ? Est-il nécessaire de réaliser toutes ces copies ? Qu’en est-il de la dématérialisation dans votre structure ? Vous est-il possible d’éviter cette réunion qui vous ennuie de temps en temps ?

3/ Trouvez les 20% de travail qui produisent 80% de vos résultats

Vous connaissez cette célèbre loi de Pareto selon laquelle 20% des efforts produisent 80% des résultats. C’est le moment de mettre en application le précepte ! Listez l’ensemble de vos tâches actuelles afin de relever les 20% qui participent à répondre à 80% aux objectifs qui vous sont fixés.

Par exemple, si vous passez beaucoup de temps sur la mise en forme des rapports que vous rendez, est-ce vraiment là qu’on vous attend ? Avez-vous besoin de rencontrer aussi fréquemment vos collaborateurs ? Est-il possible de numériser les documents et de les adresser par mail au lieu de les photocopier en 5 exemplaires ? Soyez créative et, avec le temps libéré, consacrez-vous aux tâches qui vous épanouissent ou profitez-en pour acquérir des connaissances complémentaires sur votre domaine d’expertise via Internet.

4/ Soyez proactive

  •  C’est vous la première actrice du changement

Soyez-en convaincue, si vous souhaitez que la situation change à votre avantage, formulez des propositions avant qu’on ne vous en impose. De plus, personne ne connaît mieux que vous les adaptations possibles de votre poste de travail et vos attentes par rapport au changement. Votre responsable hiérarchique a beau vouloir votre bien-être au travail, il ne pensera pas forcément aux pistes qui apporteraient une réelle plus-value.

Par exemple, si vous êtes comptable et que vous souhaitez développer la partie relationnelle de votre poste, vous pourriez vous improviser organisatrice d’une réunion d’information sur les règles comptables pour que les collaborateurs de votre entreprise intègre plus rapidement ce fonctionnement et que le travail gagne en efficacité. Cette expérience pourrait ouvrir la voie à d’autres perspectives d’animations de groupes.

  • Développez vos connaissances et vos compétences

Vos perspectives d’évolution seront bien moins intéressantes si vous restez sur vos acquis. Utilisez votre « compte activité » pour vous former et acquérir de nouveaux champs d’expertises. C’est un droit auquel vous pouvez prétendre. Utilisez internet (mooc, réseaux d’experts...) il existe tellement de contenu gratuit et facilement accessible qu’il serait dommage de s’en priver.

Le compte activité :

Un compte activité est ouvert pour tout actif âgé d'au moins 16 ans, quel que soit son statut. Il intègre le Compte Personnel de Formation (CPF), le Compte Professionnel de Prévention (CPP) et le Compte d’Engagement Citoyen (CEC).

-Le Compte Personnel de Formation permet d’acquérir des  droits à la formation professionnelle dans le cadre d'une activité salariée (heures CPF). Vous pouvez les consulter sur le site moncompteactivite.gouv.fr.

- Le Compte Professionnel de Prévention s'adresse à des salariés du régime général ou agricole exposés à certains facteurs de risques.

-Le Compte d’Engagement Citoyen recense vos activités de bénévolat, de volontariat ou de maître d'apprentissage et vous permet de capitaliser des heures de formation sur votre CPF.

Je vous invite à vous rendre sur  https://www.moncompteactivite.gouv.fr/cpa-public/ si vous souhaitez en savoir plus.

5/ Pensez aux investissements « paraprofessionnels »

Si vous disposez d’une expertise sérieuse dans un domaine, pourquoi ne pas devenir formatrice en interne ou en externe ? Pourquoi ne pas valoriser votre ancienneté en devenant tutrice pour une jeune collaboratrice ?

Et que diriez-vous d’un engagement syndical ? Vous pourriez également devenir sauveteur secouriste du travail ou agent de prévention des risques. Ces investissements vous feront élargir vos réseaux et contribueront à redonner du sens à votre vie professionnelle.

6/ Personnalisez votre environnement de travail (photos écran, bibelots, plantes)

Sans penser aux tâches à y accomplir, avez-vous plaisir à retrouver votre bureau chaque jour ? Que vous disposiez de votre propre pièce ou que vous partagiez l’espace, vous pouvez vous créer un environnement de travail plus cocooning dans lequel vous vous sentirez bien.

Si vous craignez de trop personnaliser cet espace professionnel avec des photos de vos proches, privilégiez des images inspirantes, apaisantes ou boostantes selon l’effet recherché.

Ajoutez des plantes vertes pour leur effet bénéfique sur le stress et quelques bibelots qui vous rappellent des souvenirs joyeux.

 

shadow-ornament

 

Vous venez d’achever la lecture de cet article ? Ne refermez pas cette page sans avoir retenu une ou deux pistes à tester. Accordez-vous un bon mois pour mettre en place ce nouveau fonctionnement et en vérifier l’impact sur votre motivation au travail.

Si vous travaillez à temps plein, c’est plus de 40 heures par semaine que vous passez sur votre lieu de travail. Il serait dommage de ne pas essayer de changer la donne pour retrouver le plaisir au travail !

 

 


Leave a Reply

Your email address will not be published.