Dans le langage courant, nous utilisons tous les jours des phrases en apparence anodine qui nous causent pourtant du tort. Il est par conséquent intéressant de les connaître pour les transformer à notre avantage.

L’expression que je souhaite mettre en lumière dans cet article est « Tu as de la chance ! » ou toute formule apparentée telle que « veinard.e », « chanceux.se » !

Au travail, en famille, dans la vie de tous les jours, il n’est pas rare de les entendre ou de les employer. Un collègue vous annonce qu’il a pris 3 jours de congés pour se faire un week-end prolongé. « Tu as de la chance ! » lui répondez-vous. Votre amie se félicite de rentrer dans son pantalon d’avant la grossesse quelques mois à peine après son accouchement. Vous accueillez son annonce d’un « veinarde ! ». Votre frère déménage dans un bel appartement avec jardin privatif et vous pensez « quel chanceux ! »

En général, ces réactions interviennent suite à un événement positif (achat, déménagement, vacances) qui touche l’une de vos connaissances. Elles peuvent également porter sur une personne et ses caractéristiques physiques et/ou morales. C’est le cas si vous considérez que votre ami.e a de la chance d’être mince, d’avoir des cheveux bouclés ou de rester calme en toutes circonstances.

Pourquoi cette réflexion « Tu as de la chance » doit vous alerter ?

Pourtant communément employée et semblant très banale, cette réflexion doit vous interpeler car elle en dit beaucoup sur votre état d’esprit et votre monde intérieur.

Premièrement, elle traduit une insatisfaction de votre part, un manque. Or, derrière cette insatisfaction se cache un besoin qui n’est pas assouvi. En effet, si vous considérez que votre frère est chanceux d’emménager dans un bel appartement avec jardin c’est que vous n’êtes pas complètement satisfait.e de votre sort. Il y a donc quelque chose à creuser en vous.

Deuxièmement, cette expression influence négativement mais de manière insidieuse la vision de vous-même. En disant « tu as de la chance », cela sous-entend « par rapport à moi » et cela signifie que vous avez moins de chance. Or, si vous vous intéressez au développement personnel, vous savez que vos pensées créent votre réalité. C’est donc une façon inconsciente mais malheureusement efficace de se fabriquer un esprit de perdant.

Troisièmement, cette réflexion vous désengage de votre part de responsabilité. Est-ce vraiment la chance qui permet à votre collègue de partir en vacances à l’autre bout du monde, à cette amie de rentrer à nouveau dans son jean après sa grossesse ? Vous savez bien que non !

Enfin, cette réflexion instaure une relation plutôt malsaine avec votre interlocuteur.trice. Au lieu de vous réjouir sincèrement de son succès, vous le.a considérez comme « chanceux.se » et vous instaurez une concurrence entre vous.

Ainsi, vous l’aurez compris, vous avez tout intérêt à bannir l’expression « Tu as de la chance » de votre vocabulaire. Cependant, comment réagir quand elle vous échappe ? De plus, il sera plus difficile qu’elle ne vous vienne pas en pensées. Alors, comment faire ?

Comment réagir quand vous dites ou pensez « Tu as de la chance ! » ?

Vous vous entendez émettre un « chanceuse va ! » à votre belle-sœur qui a posé son après-midi pour s’offrir une parenthèse bien-être. Pas de panique, souriez et, si cela vous vient dans l’instant, ajoutez un « Je rigole, je suis vraiment bien contente pour toi ! Alors, raconte ! ». Si vous n’avez pas réussi à le faire sur le moment, exprimez-le dans un deuxième temps : « Au fait, nous n’avons pas eu le temps d’en discuter mais je trouve cela super que tu prennes du temps pour toi. C’était comment ce soin ?». Avec l’expérience, vous saurez vous réjouir de ce qui arrive de positif aux autres et le leur exprimer. Vous remplacerez les « veinard.e » par un « Je suis heureux.se pour toi, c’est super ou profite bien ! ». Votre relation à l’autre en sera transformée.

Il vous reste à utiliser cet événement révélateur pour sonder votre esprit. Dans la journée, prenez un moment pour revenir sur ce qui a déclenché votre réaction. Dans quel contexte cela s’est-il produit, avec quelle personne, à quel moment ? Puis, essayez d’identifier l’insatisfaction que cela révèle, le besoin qui se cache en vous. Pour rester sur l’exemple précédent, auriez-vous réagi ainsi parce que vous regrettez de vous négliger ces derniers temps ?

Immédiatement après, réfléchissez aux moyens mis en œuvre pour atteindre cet objectif. Comment s’est organisée votre belle-sœur pour sa journée bien-être ou ce collègue parti en vacances à l’Ile Maurice ? En y réfléchissant plus précisément, êtes-vous prêt.e à vous mobiliser de la sorte ? Le jeu en vaut-il la chandelle…pour vous ?

shadow-ornament

Cas n°1 :

Il est fort possible que vous considériez alors qu’atteindre cet objectif n’est pas envisageable actuellement. Cependant, vous avez pris en considération votre besoin et vous savez comment vous y répondrez quand le moment sera venu. Vous pourriez également vous rendre compte que ce que vous considérez comme de la chance n’est qu’un leurre de l’esprit. Voyager au bout du monde, le concept est séduisant, mais vous détestez prendre l’avion et quitter le confort de votre quotidien. Enfin, vous pourriez réaliser que l’envie est présente mais pas suffisamment pour mettre en œuvre les moyens nécessaires à son accomplissement.

Cas n°2 :

Si, au contraire, cette réflexion vous conforte dans votre besoin, identifiez l’action que vous pourriez mettre en place dans l’instant présent pour faire un pas vers la réalisation de cet objectif : poser un congé, faire un point sur votre budget, faire des recherches sur internet.

shadow-ornament

Soyez indulgent.e avec vous-même ! Les premières semaines, l’expression « Tu as de la chance ! » vous viendra certainement à la bouche ou du moins, en tête. Remerciez-la car elle vous donne l’occasion d’avancer sur votre chemin de développement personnel. A force de répéter les petits conseils divulgués précédemment, vous allez modifier vos schémas de pensée et envisager la vie sous un nouvel angle. Pour aller encore plus loin et vous construire un mental de gagnant, je vous donne rendez-vous la semaine prochaine pour ma vidéo « Comment activer la chance ? »

Retrouvez cet article en vidéo :


Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.